Echelles de mesure (ou niveaux de mesure d'une variable)

En matière d'évaluation ou de recherche on est souvent amené à pratiquer différentes opérations de mesure, dont les caractéristiques varient selon la nature des données (des variables) dont on dispose. On distingue ainsi deux grandes catégories de données: des données qualitatives et des données quantitatives. Par ailleurs, au sein de ces deux catégories, une distinction plus fine peut encore être envisagée, ce qui permet de considérer différents niveaux de mesure d'une variable et, par conséquent, différents types d'échelles.
Les données qualitatives définissent des échelles soit nominales soit ordinales. L'échelle nominale comporte un certain nombre de catégories, dont la seule propriété est qu'elles sont toutes différentes les unes des autres (sexe, nationalité, type de diplôme, etc.). Dans le cas d'une échelle ordinale, en revanche, les catégories qui la composent sont munies d'une structure d'ordre, établie en fonction d'un critère donné (de moins à plus "quelque chose": origine sociale, opinion plus ou moins favorable, stade de développement psychologique, degré scolaire par exemple).
Les données quantitatives se réfèrent à des variables d'intervalle ou de rapport. Dans le premier cas, on dispose d'échelles au sein desquelles la comparaison d'intervalles est possible (il est possible de déterminer si deux intervalles sont ou ne sont pas de même étendue). Dans le deuxième cas, l'échelle permet non seulement la comparaison d'intervalles, mais également la comparaison de rapports (il est possible de déterminer si deux rapports sont ou ne sont pas égaux). La différence fondamentale entre ces deux types d'échelles est liée au statut de la valeur nulle: sur une échelle d'intervalle, le zéro est situé de manière arbitraire, comme pour la mesure des températures par exemple (échelles Celsius et Fahrenheit). Sur une échelle de rapport, en revanche, le zéro a une signification précise, puisqu'il désigne l'absence du caractère considéré (âge, salaire, taille, vitesse, etc.). En sciences humaines et sociales, on considère en général qu'à certaines conditions tout au moins, les échelles obtenues en utilisant différents types d'instruments (épreuves ou tests d'aptitudes ou de connaissance; échelles d'attitude, d'intérêt, de motivation, etc.) présentent les caractéristiques d'une échelle d'intervalle.
Lorsque l'on effectue des analyses statistiques, il est indispensable de distinguer ces différents types d'échelles, car les techniques et les méthodes qu'on utilise dépendent de la nature métrique des données (des variables) auxquelles elles sont appliquées. Ainsi par exemple, on n'utilisera pas la même méthode pour étudier la relation entre deux variables nominales, deux variables ordinales ou deux variables quantitatives.   

 

 

 

 

 

powered by /boomerang