Face de différenciation / d'instrumentation

Dans toute démarche d'évaluation ou de mesure, on est en présence de deux ensembles d'éléments: les individus ou les objets soumis à la mesure d'une part et les composantes du dispositif conçu pour réaliser cette mesure d'autre part. Le cadre conceptuel développé par la théorie de la généralisabilité introduit explicitement cette distinction, en considérant que toute opération de mesure comporte deux "faces": une face dite de différenciation, qui comporte les éléments soumis à la mesure, et une face d'instrumentation, qui regroupe l'ensemble des composantes du dispositif utilisé pour réaliser cette mesure.
A ce propos il convient d'insister sur le fait qu'un ensemble d'éléments n'est pas situé sur l'une ou sur l'autre des deux faces en fonction de ses caractéristiques propres. La place qu'il occupe dépend au contraire du statut qui lui est attribué dans chaque cas particulier, et peut donc varier d'une situation à l'autre.
Ainsi, lorsque l'on administre à un groupe d'élèves une épreuve de connaissance comportant une série d'items, deux cas de figure peuvent être distingués, selon que l'objectif est (a) d'évaluer les connaissances acquises par les élèves dans tel domaine de compétence ou (b) d'évaluer la difficulté des items à l'aide desquels l'épreuve à été construite. Dans la première situation, on dira que les élèves sont situés sur la face de différenciation et les items sur la face d'instrumentation. En revanche, dans la deuxième situation, ce sont les items que l'on trouvera sur la face de différenciation tandis que les élèves seront placés sur la face d'instrumentation (dans l'exemple qui vient d'être évoqué on peut en effet considérer que les élèves constituent le moyen - ou l' "instrument" - qui permet d'évaluer la difficulté des items).   

 

 

 

 

 

powered by /boomerang