Bref historique

l'IRDP, c'est un demi siècle de recherche en éducation. Si ses structures et son nom ont un peu changé depuis 1969, il est toujours resté très impliqué dans des projets favorisant une meilleure harmonisation des systèmes scolaires romands et permettant à l’école de s’adapter aux évolutions de la société.

L'Institut romand de recherche et de documentation pédagogiques (IRDP) est né dans une période où les sciences de l'éducation prennent leur essor et où plusieurs cantons romands créent des centres de recherche afin d'appuyer les réformes de leurs systèmes scolaires sur des démarches scientifiques (Vaud : 1956, Genève : 1958, Neuchâtel : 1964, Tessin : 1968…).

La nécessité de coordonner et d'harmoniser mieux l'école en Suisse romande revient également au cœur des préoccupations à partir des années 1960 et s'ajoute à une revendication de la Société pédagogique romande (SPR, devenue le Syndicat des enseignants romands – SER) : celle de pouvoir disposer de recherches scientifiques pour moderniser l'école en Suisse romande.

C'est pour répondre à ces attentes notamment que la CDIP/SR-Ti (aujourd'hui la CIIP – conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin) crée l'IRDP le 30 mai 1969. Il a notamment pour tâches de mener des recherches sur les structures scolaires, les programmes, les méthodes et les moyens d'enseignement, de préparer la création des nouveaux moyens d'enseignement et matériels didactiques prenant en compte les avancées scientifiques ainsi que de mettre à disposition des cantons romands une documentation utile à la coordination et à la recherche.


Ainsi, l'IRDP fut chargé de suivre scientifiquement et d'évaluer les nouveaux plans d'études communs aux cantons romands introduits dans le courant des années 1970 et 1980 ainsi que la rénovation de l'enseignement des mathématiques et du français. Ces travaux ont contribué à l'adaptation des différents documents au fil des rééditions. Dès les années 1990, grâce à leurs recherches en didactique, les collaborateurs de l'IRDP ont pris part au renouvèlement de l'enseignement des langues, bilingue et du plurilinguisme, ainsi qu'à l'élaboration de nouveaux moyens d'enseignement romands, en particulier pour les mathématiques 1P-4P (3e-6e années), les séquences didactiques d'expression en français (S'exprimer en français) ainsi que des supports d'activités d'Eveil et d'ouverture aux langues (EOLE).

Suite à la modification des statuts de la CIIP en 1996, son secrétariat général et l'IRDP ont été réorganisés. Les trois services de l'IRDP disparaissaient et les activités concernant les moyens d'enseignement étaient rattachées au secrétariat général. L'IRDP conservait un secteur recherche et un secteur documentation et prenait le nom qu'il a toujours aujourd'hui : Institut de recherche et de documentation pédagogique (perdant le qualificatif « romand » et le –s de pédagogiques tout en conservant le même sigle).

Dans les années 2000, le Concordat Harmos et la Convention scolaire romande sont en préparation ; les chercheurs de l'IRDP participent à l'élaboration des standards de compétence HarmoS ainsi que du Plan d'études romand (PER). Il accueille également la direction nationale de l'enquête PISA et contribue aux travaux sur l'enquête internationale.

Depuis 2010, il œuvre à la définition d'outils d'évaluation liés au PER et accompagne, dans diverses disciplines, l'élaboration d'une nouvelle génération de moyens d'enseignements romands. Il contribue également à la mise en place d'un « Système d'informations sur l'Espace romand de la formation » (SIERF).

Parallèlement, l'IRDP a régulièrement accompagné, par une observation critique mais bienveillante, de nombreuses initiatives plus locales, à la demande de cantons, d'écoles, voire d'enseignant·e·s. 
 
Par ces nombreux travaux, l'IRDP aide à définir des réponses aux besoins et difficultés qui se présentent régulièrement à l'école. De nouveaux défis apparaissent continuellement – la question de la prise en compte de la diversité en est un bel exemple – et la nécessité de poursuivre ces recherches et d'en initier de nouvelles demeure par conséquent entière. L'Institut s'y engage en portant sur l'école un regard à la fois constructif et critique.

 

 

Pour en savoir plus:

Cardinet Schmidt, Geneviève, Forster, Simone & Tschoumy, Jacques-André. (1994). Le passé est un prologue : 25 ans de Coordination scolaire en Suisse romande et au Tessin : maquette pour un fédéralisme coopératif suisse, et européen. Neuchâtel : IRDP ; Le Mont-sur-Lausanne : LEP

Gerbex, R. (1994). Et les chemins toujours se croisent…, Secrétariat à la coordination romande.

Roller, S., (1971). L'IRDP, une prise de conscience. Études pédagogiques : annuaire de l'instruction publique en Suisse.

Weiss, Jacques (dir.) et al. (2001). L'épopée des centres de recherche en éducation en Suisse 1960-2000. Neuchâtel : IRDP

Weiss, Jacques. (1999). Les 30 ans de l'IRDP: 1969-1999. In: Politiques de l'Education et Innovations. Bulletin de la CIIP, p. 19-20.


powered by /boomerang